Liste des parutions

Portrait de l’artiste en fou criminel

Auteur(s): Anouck Cape - Editeur: Grupen



Anouck Cape

Ce travail se concentre sur l’étude de romans d’avant-garde publiés entre 1903 et 1926 auxquels se joint un texte de Blaise Cendrars daté de 1948. Leur présentation chronologique met en évidence l’évolution d’une thématique centrale, celle de la parenté du fou criminel et du poète à travers laquelle le meurtre devient de plus en plus clairement une métaphore de l’insurrection sociale, elle-même transmuée en activité poétique. Ce faisant l’avant-garde subvertit l’héritage psychiatrique dans lequel elle puise très largement, et en inverse, de manière militante, l’ordre des valeurs.

Esther Tellermann - Énigme, prière, identité

Auteur(s): Aaron Prevots - Editeur: BRILL

Couverture du livre "Esther Tellermann - Énigme, prière, identitéDans Esther Tellermann: Énigme, prière, identité, première monographie consacrée à l’œuvre de l’écrivain, Aaron Prevots met en lumière un regard poétique novateur sur des réalités tant intérieures qu’extérieures. Il montre comment Tellermann (1947-) explore l’intime du monde, ses textures et ses contours, ses terres insituables semblant s’entrecroiser, et le rêve et le mythe faits tremplin pour une traversée renouvelée de l’Histoire et du deuil. Il appréhende le caractère énigmatique de longues suites de chants dont la forme peut s’apparenter à celle de la prière, ainsi que les enjeux identitaires d’un dire singulièrement ouvert à l’Autre. En examinant des textes de 1999-2019, Aaron Prevots souligne le lyrisme décentré d’un poète majeur et la présence de ses pairs comme interlocuteurs.

 

La dysphorie de genre

Auteur(s): Charles Melman, Jean-Pierre Lebrun - Editeur: Érès

La dysphorie de genre

A quoi se tenir pour ne pas glisser ?

 

Le dialogue entre les deux auteurs de L’homme sans gravité se perpétue vingt ans après à travers l’actualité plutôt brûlante où les implicites de la question du transgenre résonnent avec la vie politique elle-même.

Dans un échange cordial et accessible qui ne masque pas certaines différences, Charles Melman et Jean-Pierre Lebrun s’attaquent à la question cruciale de savoir si l’évolution de notre société nous entraîne vers davantage de civilisation ou si au contraire, elle contribue à nous déciviliser. À partir du film « Petite fille »

Flâneries avec Lacan dans l'atmosphère polluée des esprits et de la ville

Auteur(s): Charles Melman, Entretiens avec J-L Cacciali. - Editeur: Maison d'Edition Langage, Paris, 2021

Couverture du Livre de Ch Melman "Flâneries avec Lacan"Lacan était un furieux, ce qui ne l'incitait guère à se laisser aller à la flânerie en tant qu'elle est ouverte à l'imprévu, alors qu'il était toujours dans l'exigence de mettre la main sur l'objet voire la personne qui, à ce moment là, lui manquait. Le plus drôle était que souvent et contrairement aux névrosés il réussissait, quitte à ce que la démonstration d'un possible accomplissement prime sur ce qui était saisi. 

Mais il n'est pas interdit de le prendre par le bras pour l'entendre maugréer devant la dégradation de la vie culturelle et, une nouvelle fois, la trahisons des clercs. 

Le plus drôle encore est qu'il l'avait bien dit mais qu'on ne l'avait pas pris au sérieux quand pour ce faire, il s'était approprié l'habit du clown afin de faire entendre, serait-ce de façon avisée, qu'il n'y a pas de prophète. 

Si vous en repérez un, signalez-le à l'éditeur. 

Leçons de ténèbres avec sarcasmes

Auteur(s): Christiane Lacôte-Destribats - Editeur: Editions Galilée, 2021

Couverture du livre de Christiane Destribats "Leçons de ténèbres avec sarcasmes"

Leçons de ténèbres avec sarcasmes.

 Passage par La Chouette aveugle de Sadegh Hédayat,

 

PRÉSENTATION

Quand un texte vient jusqu’à atteindre la béance où il puise, il concerne ce que nous pouvons connaître de plus contemporain. C’est le cas du chef-d’œuvre surprenant de Sadegh Hédayat, La Chouette aveugle, célébré par André Breton.

Ce court roman est troué de textes anciens, de légendes lointaines, de rêves érudits, de cauchemars, d’espaces et de temps disjoints. Un peintre d’écritoires, enfermé dans sa chambre obscure, raconte le meurtre insensé qu’il a commis sur sa femme et le deuil infini qu’il en éprouve. Mais ce deuil ouvre sur ses propres ténèbres et sur ce qui se joue parfois dans le crime, une absence abyssale. Les abîmes déplient alors sur des temps contrariés et distincts, sur la manière dont les humains fabriquent leurs propres gouffres par ignorance, fanatisme, cruauté, bêtise.

Prévenir l'autisme du bébé à risque

Auteur(s): Annik BEAULIEU - Editeur: Érès

Prévenir l'autisme du bébé à risque

Une approche corporelle et relationnelle

Préface de Bernard GOLSE

Comment les difficultés d’organisation corporelle des bébés à risque d’autisme peuvent-elles venir perturber les premiers liens avec les parents, depuis le corps-à-corps jusqu’aux interactions précoces ? L’auteur montre qu’une prise en charge précocissime et transdisciplinaire peut prévenir le glissement vers une pente autistique.

 

Il est maintenant admis que le trouble du spectre autistique est neurodéveloppemental, résultat d’une interaction complexe entre les facteurs génétiques et environnementaux. Les films familiaux d’enfants qui sont devenus autistes montrent que les bébés à risque ont dès la naissance une motricité désorganisée et difficilement compréhensible pour les parents : pauvreté  de la motricité involontaire, appelée « mouvements généraux », absence de mouvements Fidgety, ces petites rotations charmantes des mains, absence de fluidité dans l’ondulation continue du corps. Ces caractéristiques ont des répercussions sur la façon dont on porte et manipule le bébé, et probablement aussi sur la façon dont les mouvements du bébé prennent sens pour son parent. Ils ont une haute valeur prédictive sur le devenir neurologique des nourrissons.

Apprendre à désirer

Auteur(s): Gérard Amiel - Editeur: Éditions EME

Couverture du livre de Gérard Amiel : Apprendre à désirer

Traversé par un souci de transmission, cet ouvrage passeur des vérités constituantes qui dénaturent l’humain en un être de langage et de parole en rupture avec le reste du vivant met l’accent sur ce que notre culture ne cesse de réfuter en n’entendant toujours pas tenir compte des avancées de la psychanalyse, au risque d’aggraver non seulement le malaise individuel et singulier, mais encore d’abandonner le collectif à la tourmente.

Le livre a été écrit pour qui veut savoir. Il s’adresse à la jeunesse, aux nouvelles générations d’analysants comme à tous ceux qui s’intéressent à la psychanalyse, ouvrant un horizon que n’atteignent ni la philosophie, ni la religion, ni la science. Reprises pas à pas, les clefs qui éclairent la question de l’inconscient se révèlent des guides indispensables pour un sujet contemporain livré au retour des idéologies que l’on croyait éteintes.

Le métier d'être homme : Samuel Beckett, l'invention de soi-même

Auteur(s): Marie lemma Jejcic - Editeur: EME

Confronté au « dur métier de rester vivant », Samuel Beckett a su faire « Métier d’être homme »,c’est pourquoi le vingt et unième siècle devrait le prendre très au sérieux.

Beckett disait : « On n’écrit pas pour publier, on fait ça pour respirer.» 

Dès lors, nous tenterons de localiser les opérations d’écriture qui lui ont permis de passer d’une « détresse mentale » à la joie ! « Être ou ne pas être » ici n’est pas la question, mais dire précis, sans relâche, mot à mot, jusqu’à se faire « Inventeur de soi-même » selon sa belle expression. Tout Beckett est là : s’inventer, pas se créer... car à se faire inventeur de soi-même, c’est de son présent qu’il saura faire création. La conséquence ? Aux prises avec le métier de rester homme, toute cruauté devient vaine. Et Beckett ne se dit pas poète, mais poème… et qui s’écrit ajoute Lacan.

Traverser la folie

Auteur(s): Marcel Czermak, Hélène L'Heuillet - Editeur: Hermann

«  On peut concevoir l’être humain sous la dimension de la faille, du bazar, du dégât. Le désastre est là comme une composante inexorable de toute parole, de tout amour, de toute action publique  », affirme Marcel Czermak.  Le présent livre interroge ce que parler fait de nous – êtres soumis au langage et aux époques dans lesquelles nous vivons. C’est encore plus aux psychiatres et aux psychanalystes de le savoir et de l’entendre, précisément depuis ce risque de la parole, sans doute parce que l’expérience clinique est un subtile mélange de pratique et de théorie qui permet à la science d’avancer.
La philosophe et psychanalyste Hélène L’Heuillet dialogue avec Marcel Czermak, figure de la psychiatrie et de la psychanalyse françaises. Né pendant la Seconde Guerre mondiale et interlocuteur de Lacan, fondateur de l’École psychanalytique de Sainte-Anne, Marcel Czermak revient sur les fondamentaux de l’expérience clinique et du travail avec la psychose, indissociable du monde politique dans lequel il prend à chaque fois place.

La psychanalyse comme dialogue

Auteur(s): Roland Chemama - Editeur: Érès

Ce livre remet en question l’image courante que l’on se fait de la psychanalyse : il montre comment le psychanalyste engage sa parole dans le dialogue analytique aujourd’hui et en tire les conséquences.

L’auteur met en valeur la façon dont fonctionne une cure psychanalytique. Si celle-ci n’est pas réductible à un échange « horizontal » et doit ménager une dissymétrie nécessaire dans la pratique, et non une position de surplomb, l’auteur soutient qu’elle ouvre à un dialogue différent où chaque mot, chaque geste – et en particulier ceux de l’analyste – prend un sens plus fort. En explorant ce dialogue analytique, il repose de nombreuses questions cliniques, du fait que le patient d’aujourd’hui n’est pas le patient d’hier. À travers cela, il engage un dialogue avec d’autres analystes, pour que les différends et conflits qui peuvent exister ne se figent pas en oppositions inexpugnables. Pour autant, il ne s’agit pas d’un « livre pour les spécialistes ». Il situe la psychanalyse contemporaine dans notre actualité, y compris par rapport à la pandémie de la Covid-19.

Pages