Liste des parutions

L'homme et ses passions

Auteur(s): Collectif - Editeur: Les belles lettres

Couverture du livre "L'homme et ses passions"
Actes du XVIIème Congrès International

de l'association Guillaume Budé

organisé à Lyon

du 26 au 29 août 2013

Textes réunis par Isabelle Boehm, Jean-Louis Ferrary et Sylvie Franchet d'Esperey

Site de l'éditeur : Le Belles Lettres

La célibataire n°30 : Psychanalyse et littérature. Une journée avec Avraham B. Yehoshua

Auteur(s): Collectif - Editeur: EDP sciences

Couverture de la revue La Célibataire n°30
Présentation, Choula Emerich
La haine du peuple juif, Avraham B. Yehoshua

Situations
Le rien de l’élection, remarques sur l’antisémitisme et le messianisme, Jean-Jacques Tyszler
L’antisémitisme qui vient, Émil H. Malet
Un jour peut-être la science, Thierry Florentin
La formation de l’identité israélienne dans l’œuvre de A.B.Yehoshua, Yael Halevi-Wise

Brèves
Aleph, Beth…, Serge Zagdanski
La mission, Marc Nacht
Au-dessus de l’horizon, qu’y a-t-il ? Autour de Rétrospective, Marie Jejcic...

Abdelwahab Meddeb - Le Proche et le Lointain

Auteur(s): Textes réunis et présentés par Amina Meddeb - Editeur: Ed. Al Manar

Couverture du livre "Le proche et le Lointain"Rarement esprit fut aussi complexe que celui-là, aussi chargé de signes contradictoires que l'effort de Abdel‑Wahab toute sa vie fut de tenter de réduire à l'unité, unité qui ne fût pas une simplification autoritaire de la contradiction existentielle, du combat spirituel dans sa brutalité antithétique, mais, à l'inverse, une expansion du lieu d'unité appelé à plus et à mieux contenir. Je n'en veux pour preuve que ce fait d'évidence : ayant créé et géré sur plusieurs années une admirable revue thématique, à projection philosophique et littéraire, à vocation encyclopédique, quel titre choisit Abdel‑Wahab pour sa publication qui fit date ? Dédale, le labyrinthe sans fin où s'engage, chaque fois que cela est nécessaire (c'est-à-dire tous les jours), l'homme de pensée objet de violentes émotions. Et c'est par cette formule que je définis le beau, l'exigeant poète qu'il fut, qu'essentiellement il fut. Même si, dans sa jeunesse, il fut aussi éditeur, qu'il fut l'un des premiers, aux éditions Sindbad, créées par Pierre Bernard, dont il fut le collaborateur immédiat, à signaler l'importance de l'Égyptien Neguib Mahfouz, futur prix Nobel de littérature, du Syro-Libanais Adonis et du Soudanais Et-Tayyeb Saleh.

JFP n°42 : Psychose maniaco-depressive ou troubles bipolaires ?

Auteur(s): Jean-Marc Faucher - Editeur: Erès

Couverture du JFP 42Numéro 42 - Revue semestrielle

Dossier coordonné par Jean-Marc FAUCHER
En librairie - En savoir plus

Avec la participation de Jean-François ALLILAIRE, Corentin BOURDEAUX,Marcel CZERMAK, Jean DAIVE, Nicolas DISSEZ, Michel DUBEC, Clément FROMENTIN, Sébastien GARD, Jean GARRABE, Julien-Daniel GUELFI,Stéphanie HERGOTT, Thierry JEAN, Miriem MEGHAIZEROU, Genevieve NUSINOVICI, Jérémie SINZELLE, Véronique TRUONG, Jean-Jacques TYSZLER

Voilà plus de trente ans, la catégorie des « troubles bipolaires de l’humeur » commençait à se diffuser. Elle s’est aujourd’hui imposée. S’agissait-il d’une simple renomination, plus correcte politiquement, de la « folie maniaco-dépressive » ? Ou bien pouvons-nous dire, rétrospectivement, qu’il y avait là un mouvement conceptuel visant à saisir quelque chose d’une nature différente ? Avec la disparition des termes « folie » et « manie », aurait-on voulu marquer qu’il ne s’agissait que d’une affaire d’humeur ? Humeur qui se verrait troublée avec une certaine régularité, la « conflictualité » du patient notamment affectant alors son entourage.

P-C.Cathelineau : "Lacan, lecteur d'Aristote, Politique, Métaphysique, Logique"

Auteur(s): Pierre-Christophe Cathelineau - Editeur: Editions de l'Association Freudienne Internationale - 1993

Couverture du livre "Lacan, lecteur d'Aristote"Aristote est probablement la référence philosophique la plus constante de Jacques Lacan durant les trente années de son séminaire. L'intention de ce livre est de montrer comment Lacan a lu l'œuvre aristotélicienne, en en faisant ressortir les termes les plus éclairants pour son enseignement.

De la politique il retient l'éthique du maître qui la régit et en déduit la structure d'un discours, celui du maître précisément.

De la métaphysique il ressaisit l'enjeu : la question de l'être et de l'individu dans son rapport au corps vivant. Mais son interrogation principale porte sur l'Un et la place qu'entend donner à Dieu notre discours dont l'héritage implicite est en grande partie aristotélicien.

De Spinoza à Lacan - Autre chose et la mystique

Auteur(s): Hubert Ricard - Editeur: EME édition

Spinoza pose déjà les questions des Lumières mais avec plus de radicalité et une plus grande complexité : il est bien le philosophe de notre temps, celui de la démocratie, de la liberté de jugement propre à un sujet singulier, de l’effondrement de la révélation et du discours religieux face au discours de la science, et déjà, avant Freud et Lacan, de l’abandon de la question de l’être.Mais il résorbe le désir dans l’amour. La psychanalyse n’en...

Passage par Nadja

Auteur(s): Christiane Lacôte-Destribats - Editeur: Edition Galilées

Couverture du livre : "Passage par Nadja"Il y a des textes qui sont des passeurs pour le lecteur comme pour l'écrivain. Des textes qui vont au-delà de l'émotion qu'ils procurent, au-delà des informations qu'ils apportent, car ils vont nous chercher jusqu'au lieu précaire où les mots risquent leur sens. Le livre d'André Breton, Nadja, est de ceux-là.

Ce n'est pas seulement le récit célèbre d'une rencontre entre le poète et la jeune femme qui se donna à elle-même l'énigme de nom de Nadja, ni celui d'un échec de cet amour qui la conduisit au désastre. Sur ce point, le pathétique et le lyrisme n'instruisent pas.
La rigueur clinique de Breton lui avait fait voir la fragilité de Nadja et il fut bouleversé - quoi qu'on en ait médit - par le déclenchement brutal de sa psychose. Il se savait partie prenante de ce ravage. Il avait éprouvé lui-même les dangers des expérimentations poétiques d'une écriture automatique surgie de l'inconscient dans Les Champs magnétiques. Mais n'est pas fou qui veut.

Un petit matin ...

Auteur(s): Simonne Henry Valmore - Editeur: Vents d'ailleurs

Couverture du livre Un petit matin
12 janvier 1934. La Martinique est en état de choc. Un jeune garçon a découvert sur le sable d'une petite plage du Nord-Caraïbe le corps rejeté par la mer d'un homme sauvagement assassiné. Cet homme retrouvé ligoté, bâillonné a pour nom André Aliker. C'est un journaliste. C'est aussi un communiste de la première heure, aimé de la population et en particulier, des dockers et des ouvriers de la canne à sucre, mal payés par le maître du rhum, monsieur Aubéry. À travers son journal, Justice, Aliker n'hésite pas, preuves à l'appui, a le dénoncer pour fraude fiscale et corruption de magistrat.
Le jeune garçon reconnaît Aliker, et son cri « on l'a tué on l'a tué ! » est bientôt repris en chœur par un pays tout entier. Le pouvoir politique étouffera l'affaire, et même si tous savaient Aliker en danger pour s'être opposé au maître du rhum, personne n'a su le protéger et encore moins faire condamner ses assassins.

Sous votre nom

Auteur(s): Esther Tellermann - Editeur: Flammarion

Livre d'Esther Tellerman
Née en 1947, Esther Tellermann est l’auteur d’une œuvre poétique qui l’a imposée comme l’une des voix majeures de sa génération. Depuis Première apparition avec épaisseur (1986), elle a publié huit précédents recueils chez Flammarion. S’y ajoutent un récit paru chez Farrago et quatre volumes récents (chez Unes , Fissile, La Lettre volée), ainsi qu’un recueil d’essais également aux éditions de la Lettre volée. La revue « NU(e) » lui a consacré un numéro en 2008 et « Europe » un fronton en 2014.
Sous votre nom poursuit la quête obstinée d’Esther Tellermann, ce rêve d’une indicible épopée qui traverse les époques et les contrées, dans l’aura d’un temps arrêté. Ce nouvel ensemble – dont les trois mouvements, malgré leurs différents rythmes, composent un seul et même chant – reprend bien sûr les grands thèmes de son œuvre, sa méditation notamment sur l’érosion des règnes et le pouvoir de la nomination. Une inflexion plus intimiste la caractérise aussi depuis Contre l’épisode,dans la distance que supposent l’extrême tension de ses vers, la lumière et la rigueur de sa prosodie. « Ni d’ailleurs ni d’ici (comme on a pu l’écrire dans « Europe ») la poésie d’Esther Tellermann s’ancre ainsi – et s’inscrit – dans une terre insituable dont le langage n’est pas la métaphore, mais l’écho le plus insistant. » Ce dont Sous votre nom apporte, une fois encore, la troublante démonstration.

L'empire des hygiénistes

Auteur(s): Olivier Le Cour Grandmaison - Editeur: Fayard

Couverture de L'empire des hygiénistesAu lendemain de la Commune de Paris, la France devient la deuxième puissance coloniale du monde. À la conquête succède l’exploitation des colonies, réputée profiter à la fois aux colons, à la métropole et aux « indigènes ». C’est dans ce contexte que se développent les sciences dites « coloniales », qui prospèrent comme des disciplines spécialisées au sein de la sociologie, de l’ethnologie, du droit, de la géographie, de l’histoire et de la médecine, en prenant pour objet spécifique les colonies et les autochtones qui y vivent. Marquées par des paradigmes biologiques et racistes – inégalité des races, transmission héréditaire des caractéristiques physiques et psychologiques… –, ces sciences contribuent à la diffusion d’une conception hiérarchisée du genre humain qui se traduit de manière très concrète : par une séparation stricte entre Européens et « indigènes » en vertu de considérations hygiénistes, par la pratique courante du travail forcé ou encore par le maintien de l’esclavage domestique malgré son abolition en 1848. Comme dans les deux premiers volumes de sa trilogie (Coloniser. Exterminer et La République impériale), l’auteur met au jour des aspects peu connus de la colonisation française en s’appuyant sur un corpus souvent négligé – ouvrages de médecine, manuels universitaires… – et en analysant les débats politiques qui eurent lieu tout au long de la période.

Pages