Feuillage

Stéphane Renard : Amour sacré de la clinique

Qu'un patient fasse défaut de sa présence à l’heure de la séance est dur à encaisser. Ce fait intangible que transmet la psychanalyse est que le lien - transférentiel de cure - en constitue l’essence. Il questionne d’entrée de jeu, dès la première séance la fin de la cure. Puisque en effet la question du patient quand à la disparition du symptôme qui l’encombre ne se résume-t-elle pas à cette seule interrogation de savoir quand sera-t-il guéri, quand sa cure sera-t-elle terminée ? C’est même pour cela qu’il vient faire une analyse, pour ne plus venir, pour savoir quand il pourra ne plus venir.

Stéphane Renard : Amour sacré de la clinique

Esther Tellermann : Le travail du poète

harles Melman : Aujourd’hui, nous avons, grâce à notre collègue et amie Esther Tellermann, la chance de pouvoir avoir accès à ce domaine étrange, sinon magique, qui est celui où un usage des mots, susceptible de délaisser aussi bien syntaxe qu’usage conventionnel de leur sens, est en mesure de nous introduire au plus près de la vérité, aussi bien de la Chose que du sentiment de notre existence. Et c’est assurément ce pouvoir dont il faut regretter que la reconnaissance soit de plus en plus rétrécie dans notre culture. Je suppose que cela lui coûte cher, à notre culture, que de voir ce pouvoir des mots ainsi rétréci…

Esther Tellermann : Le travail du poète

Stéphane Renard : Aux enfants de la chance

Savez-vous planter les choux ? À la mode de Bretagne, avec le pied, avec le coude, avec le genou, avec l'oreille… reste forcément la bonne réponse. Et l'éducation sexuelle précoce des enfants de la francophonie, de la pointe de Bretagne à la Corse, des écoles françaises de l'étranger sans oublier les compatriotes expatriés dispersés au quatre coins du monde, commence avec cette comptine enfantine à vocation universelle, dont il serait amusant et anecdotique de vérifier comment d'autres cultures, d'autres langues, sur un autre mode, élaborent pour leurs enfants semblables perles de civilisation.

Stéphane Renard : Aux enfants de la chance

Hubert Ricard au sujet du livre "Comprendre le malheur français" de M.Gauchet

Le livre de Marcel Gauchet Comprendre le malheur français se présente sous une forme libre – réponses aux questions précises et élaborées d’Eric Conan et de François Azouvi – ce qui ne l’empêche pas d’être tout à fait consistant et même ambitieux. Il ne s’agit pas simplement de l’analyse d’un sentiment collectif – le pessimisme français – mais d’une mise en place historique d’une ampleur exceptionnelle concernant le « modèle français » ainsi que des éléments structuraux qui conditionnent ce sentiment collectif à l’heure du triomphe de la mondialisation : ce que Marcel Gauchet considère comme la rupture entre les élites françaises et le peuple, le règne de l’idéologie néo-libérale, et ce qu’il appelle le piège européen.

Hubert Ricard au sujet du livre "Comprendre le malheur français" de M.Gauchet

Stéphane Renard : Jeu de paume sans serment

Alors qu’est-ce qui, dans ce noeud, vient marquer
quand même la place de ce sujet ?
Je vais éventuellement vous heurter : la place du
sujet dans le noeud, c’est celle de l’objet a. Car
c’est ça qui fait la substance du sujet, pas le un,
le au-moins, dont il pense prendre l’autorité
le caractère sacré, son âme, mais ce qui en fait la
substance, c’est cet objet a, c’est lui qui parle en
chacun d’entre nous.

Stéphane Renard : Jeu de paume sans serment

J-P. Rozenczveig : Rendre justice à l'enfant sous l'emprise d'une société d'adultes et de ses lois*

Je vais compléter cette présentation. Il faut donner une grille de lecture, tous les discours doivent être décryptés en fonction des personnes qui parlent, des personnes qui écoutent, du contexte.
Je suis « honoraire » au sens où j’ai été obligé de faire valoir mes droits à la retraite. Je trouve scandaleux qu’on oblige les gens à faire valoir leurs droits. On doit leur reconnaitre des droits et on doit leur laisser la liberté d’exercer leurs droits. Leur demander d’exercer leurs droits c’est les mettre à la porte. Je suis profondément choqué, je trouve cela aberrant la manière dont l’Etat gère ses missions de service public avec 500 postes de magistrats vacants, avec un délai de 8 mois à 1 an pour obtenir une décision de justice dans certains lieux. Laisser partir des magistrats qui veulent rester en fonction, c’est une aberration.

J-P. Rozenczveig : Rendre justice à l'enfant sous l'emprise d'une société d'adultes et de ses lois*

Henry de Montherlant : Un petit juif à la Guerre

Nous étions ce matin-là, du printemps de 1918, à faire un exercice de tir au fusil, à quelque deux kilomètres à l'arrière des lignes, quand nous entendîmes les coups élastiques de la Défense contre Avions, pareils aux claquements, sur des tambourins, d'une balle que se fussent renvoyée d'immenses déesses jouant dans le ciel. Nous levâmes le nez. L'avion tournait au-dessus de nous, avec une lenteur menaçante, allant comme dans une avenue dont chaque arbre était un éclatement. Quelques hommes se glissèrent sous les ombrages d'un petit bois voisin, en sorte que le groupe ne fût pas repéré. Les autres restèrent à découvert, regardant.

Henry de Montherlant : Un petit juif à la Guerre

Léon Daudet : A la Salpétrière, souvenir d'un carabin

Le cabinet de Charcot, à la Salpêtrière, un matin de consultation, il y a dix ou douze ans. Aux murs, des photographies de naïves peintures italiennes, espagnoles, représentant des saintes en prière, des extasiées, convulsionnaires, démoniaques, la grande névrose religieuse, comme on dit dans la maison. Le professeur assis devant une petite table, cheveux longs et plats, front puissant, lèvre rase et hautaine, regard aigu dans la pâle bouffissure de la face. Va-et-vient de l'interne en tablier blanc et calotte de velours, des yeux fins envahis d'une grande barbe; assis autour de la salle, quelques invités, la plupart médecins, russes, allemands, italiens, suédois. Et commence le défilé des malades.

Léon Daudet : A la Salpétrière, souvenir d'un carabin

Souad Hamdani : Enjeux psychiques de l'adoption, à propos de la Kafala au Maroc

Au Maroc, l’adoption n’est pas légalement admise et la kafala, littéralement : la caution, la garantie plus largement: « la prise en charge » est la possibilité offerte aux enfants "abandonnés". La loi sur la kafala, loi 15-01, promulguée en 2002 est aujourd’hui étudiée par divers acteurs de la société civile afin de proposer aux responsables sa modification.
C’est dans ce cadre que l’idée de ce travail est née. Le but est de partir de quelques rappels des lois psychiques qui président à la parenté, la filiation et l’adoption afin d’éclairer de cet apport le débat sur la Kafala. Il m’a semblé important au moment où se discute cette loi d’apporter une ébauche de réflexion psychanalytique à ce sujet.

Souad Hamdani : Enjeux psychiques de l'adoption, à propos de la Kafala au Maroc

Hommage à Abdelwahab Meddeb

Différent et pourtant semblable, non pas cette similitude liée à l’appartenance familiale ou religieuse et qui nourrit la haine mais la perception que, au signe près, nous étions ensemble accablés par la même dette, à l’endroit d’un Père que nous avons imaginé insatiable, intolérant à l’égard de l’inaccomplissement dont pourtant il a fait notre sort et qui ne pouvait se réparer que par l’acceptation d’être par lui englouti. Si nous sommes coupables c’est seulement d’avoir confondu notre Père et Saturne.

Hommage à Abdelwahab Meddeb

Pages