Les grandes conférences de l'EPhEP

L'éthique de la psychanalyse selon Freud et après Lacan : Quelle est la loi d'Antigone ?

Patrick Guyomard : Nous vous remercions d’être là pour cette nouvelle séance de ce séminaire que nous faisons en commun, pour nous entendre et puis aussi peut-être discuter un peu. Le titre du séminaire de ce soir c’est : « la loi d’Antigone. » Voilà toujours Antigone, toujours là.
Il y a tout un imaginaire à propos d’Antigone, je vous en donnerai un ou deux exemples tout à l’heure, une espèce de fausse familiarité, qui, sous prétexte que Antigone invoque un certain nombre de lois - enfin « de lois non écrites » - qui bien sûr peuvent s’entendre comme des lois divines mais qui pour les psychanalystes, quand on évoque ce qui n’est pas écrit évidemment peut résonner différemment.
Cette présence et cette invocation d’Antigone, ne doit pas, en tout cas au début, faire oublier, qu’après tout, Antigone peut être considérée comme hors la loi, que comme sans loi, après tout pourquoi pas, que comme faisant elle-même sa propre loi, qui est encore une autre façon de l’entendre. Je dis ça au départ pour que vous ne soyez pas trop pris dans l’évidence de quelque chose de bien connu.

L'éthique de la psychanalyse selon Freud et après Lacan : Le désir de l'analyste

Le thème que nous avions choisi pour cette troisième soirée de ce séminaire sur l’éthique de la psychanalyse, c’est le thème du désir de l’analyste. Il y a plusieurs façons de traiter ce thème. Et en venant ici, je me demandais par quel biais j’allais l’aborder. Finalement, je vais le faire de la façon suivante : au fond, l’expression « désir de l’analyste », est un signifiant de Lacan incontestablement, je dirais presque un signifiant maître de Lacan, à tel point qu’on pourrait l’écrire désir-de-l’analyste, et le prononcer en un seul mot. Il désigne effectivement une fonction que Lacan a fondée et que nous utilisons les uns et les autres, moi le premier, un peu comme une évidence et donc comme une espèce de mot valise, comme quelque chose qui irait de soi.

"L'éthique de la psychanalyse selon Freud et après Lacan" - Dette et culpabilité aujourd'hui

Jean-Daniel Causse : Merci beaucoup de ces paroles d’accueil. Je remercie aussi d’ailleurs évidemment Charles Melman et puis Patrick Guyomard de m’avoir invité à prendre la parole ce soir. Je suis très sensible à ça, très heureux d’être avec vous pour cette rencontre, très heureux du dialogue que nous pourrons avoir sur cette question de la culpabilité et de la dette — dans le cadre de cette série de conférences, puisque ce séminaire porte sur la question de l’éthique de la psychanalyse, qui est un beau programme que vous avez commencé à décliner, et qui va se poursuivre.

Conférence d'Andrée Lehmann sur "L'atteinte du corps, une psychanalyste en cancérologie"

L’irruption d’une maladie grave affecte tous les aspects de la vie des patients, les repères corporels, la vie sociale et familiale, le rapport à soi-même et aux autres. Mais aussi, nous dit Andrée Lehmann à travers les paroles des patients, de leurs proches et des soignants, une atteinte corporelle ne peut aller sans répercussions psychiques. Celles-ci vont bien au-delà de l’angoisse : les équilibres de vie sont déstabilisés, ce qui induit un retour sur soi et même vers des changements dans les façons d’être. L’auteure témoigne ici, dans un style vivant et limpide, de son travail de psychanalyste en milieu hospitalier.

Dr Thierry Najman au sujet de son livre "Lieu d'asile, pour une autre psychiatrie"

L’ouvrage de Thierry Najman, joliment intitulé Lieu d’asile, est un livre à mettre entre toutes les mains de ceux qui travaillent en institution psychiatrique. C’est en effet un ouvrage courageux qui peut avoir, dans l’ambiance dans laquelle sont plongées les institutions psychiatriques aujourd’hui, un réel effet de soulagement. C’est un ouvrage courageux parce qu’il prend comme point de départ une des questions probablement les plus difficiles, voire impossibles, à traiter qui est celle de la liberté. Le livre du docteur Najman traite de cette question impossible dans un effort de grande clarté d’exposition et avec un réel souci d’articulation avec sa pratique quotidienne à l’hôpital de Moisselles.

Conférence du Pr Jacques Touchon : Les Mémoires

La mémoire est la fonction qui permet d'enregistrer des informations, de les conserver et de les récupérer en temps utile. Elle est multiple, se déclinant le plus souvent en couples parfois opposés toujours complémentaires : court terme/long terme, faits anciens/faits récents, épisodique/sémantique, déclarative/procédurale... Certaines sont solides et résistent bien au temps et aux agressions, ainsi les mémoires procédurale (mémoire des habitudes) et sémantique (mémoire des connaissances). D'autres sont beaucoup plus fragiles comme la mémoire épisodique (mémoire des souvenirs).

Averroes l'inquiétant par Jean-Baptiste Brenet

Le nom d’Averroès est celui d’un scandale. Voici l’homme d’une thèse folle qui soutient que l’intellect est séparé des individus et unique pour toute l’espèce. Conséquence ? La négation de la proposition «je pense » ; la ruine de la rationalité.
Pendant cinq cents ans, l’Europe s’en offusquera. Comment comprendre cette histoire qui mêle fascination et rejet ? D’où vient que l’averroïsme récusé n’ait cessé de reparaître ?
Avec Freud ce livre propose une réponse.
Averroès, alias Abu l-Walid Muhammad Ibd Ahmad Ibn Rusd, est l’archétype d’une « inquiétante étrangeté » venue perturber la latinité.

La radicalisation à l'adolescence: idéologie ou psychopathologie ?

Nous vous proposons la vidéo d'une conférence qui a eu lieu à L'EPhEP le 19 mars sur la radicalisation que nous introduisons par des poèmes d'Abdelwahab Meddeb .

Pages