Colloque du comité Freud à Tel Aviv Février 2016

Incidences subjectives et sociales actuelles du traumatisme psychique

 


Tel Aviv, les 28 et 29 février 2016,

Nous présentons ici quelques textes du colloque du Comité Freud ; d’autres suivront dans les semaines à venir. Le Comité Freud, en partenariat avec la revue Passages/ADAPes et l’Ecole Pratique des hautes études en psychopathologies (EPhEP) sous le patronage de l’Ambassade de France en Israël, ont co-organisé à Tel Aviv un congrès exceptionnel. Il s’est tenu les 28 et 29 février 2016 sur le thème suivant : « Incidences subjectives et sociales actuelles du traumatisme psychique ». 


Si elle l’a inaugurée, la question du traumatisme psychique est restée en suspens dans l’œuvre de Freud ; alors qu’aujourd’hui et plus qu’Eros peut-être, le trauma investit nos pensées, dissout les communautés y compris celles qui relèvent de la même religion ou clive les religions issues du même père, et menace nos vies. Le problème pour Freud était que si la sexualité est une force qui rend solidaire, il en existe une autre dans la psyché, séparatrice et dissolvante qu’il a nommée « Thanatos ». 

Il est permis de discerner sous ce nom le choc produit chez le sujet par l’appel du réel pur, avant qu’il soit parasité par des dieux et surtout avant qu’il soit habité par un Père dont nous partageons l’amour ; ce réel pur est précisément ce qui est éprouvé comme trauma – ce qui résiste tel un roc à la dialectisation, ne répond jamais à l’invocation et est sans autre considération pour le vivant qu’une injonction à mourir pour reconstituer la référence à un ancêtre. 

Qu’est-ce qui fait aujourd’hui nous rassembler ? 

Est-ce la référence à un Père qui autorise, sans qu’il soit nécessaire d’être grec comme Œdipe, qu’on se heurte à lui, voire qu’on exige la préséance, au nom de la perpétuation de la vie, ou bien le fait de se heurter contre un ennemi déclaré, qui lui vent notre mort et provoque pour le contrer un rassemblement qui doit idéalement être sans faille, intégral, intégriste ? 


>> Intervention de Choula Emerich : Trauma psychique et conceptualisation  

Le virage théorique de Freud en 1915, s’inaugure par un écrit tant sociétal que subjectif : 

Considérations sur la guerre et sur la mort 

Freud commence par y questionner sa naïveté ainsi que celle des intellectuels européens, qui n’avaient pu prévoir la violence dévastatrice de cette « drôle de guerre », où, dans les pays dits avancés, tout progrès civilisationnel a volé en éclats, mettant à jour les illusions, sur lesquelles étaient bâties les idées d’un gain acquis de la sublimation sur le pulsionnel. 

Illusions, dit-il, car « Les Etats ont laissé tomber les restrictions morales pour accorder une satisfaction transitoire à leurs pulsions réfrénées » ...Lire la suite

 

>> Intervention de Claude Landman : Traumatisme psychique et amnésie d’identité 

La clinique psychiatrique désigne sous le terme d’amnésie d’identité un état particulier au cours duquel le sujet traverse une véritable éclipse, suspendue à la perte de son nom propre qui entraîne celle de l’ensemble de ses souvenirs. Cet oubli contraste avec le fait que le sujet conserve le bénéfice de ce qu’il a appris antérieurement : lire, compter, parler une langue étrangère, bricoler, tricoter, dessiner, jouer de la musique, etc. Mais également des connaissances qu’il est en mesure de s’approprier pendant l’état amnésique, notamment par la lecture des journaux ou en regardant la télévision...Lire la suite


>> Intervention de Charles Melman : Les demoiselles de Freud avant la guerre  

Les demoiselles que Freud rencontra au début de sa carrière souffraient apparemment d'un traumatisme : le viol dont elles auraient été l'objet de la part d'un proche parent, l'oncle allégua Freud pour ne pas dire qu'il était question du père, les médecins et l'opinion publique n'étant pas disposés à admettre ces affabulations.

En réalité il ne mit pas longtemps à ne pas y croire lui-même et renonça à la théorie de l'origine traumatique des hystéries observées... Lire la suite


>> Laurence Kaplan-Dreyfus : L’analyste à l’épreuve de la Shoah et de l’effacement des noms 

Cette intervention issue de ma thèse : « Encore vivre, à l’écoute des récits de la Shoah » traitera plus particulièrement de l’analyste à l’épreuve de la Shoah et de l’effacement des noms. 

Fille et petite fille de survivants, j'ai eu un long parcours analytique où pendant plus de treize ans, je n'ai jamais parlé de la Shoah, simplement parce que je n'avais aucune idée d'un lien éventuel entre cet événement et ma vie, ainsi que sans doute mes trois analystes malgré leur très grand professionnalisme...Lire la suite


>> Dr Viviane Chétrit-Vatine : Present subjective and social effects of psychic traumatism  

The question of psychic traumatism inaugurated Freud’s work and was taken up again fully at the end of his trajectory. In fact, “the concept of traumatism has a privileged place throughout the development of Freud’s work which it permeates while undergoing important conceptual modifications” (Bokanowski , 2012).
Three moments of elaboration of the concept may be envisaged and, in fact, our conference has been constructed around these three moments and beyond...Lire la suite 


>> Yael Caspi : The psychic consequences of war on veterans of the Israel Defense Forces and their families

I would like to share with you today a comprehensive understanding of the impact of combat-related psychic trauma. I will describe the vicious posttraumatic cycle and the growing damage to the sense of self and the substantial transformation and breakdown in self-capabilities. I will present a conceptual model for intervention with veterans of the Israel Defense Forces (IDF) who suffer from severe posttraumatic disorders. I will present the concept of post-traumatic shame as the key to the complex trauma reactions encountered in veterans from non-Western backgrounds and to the establishment of the relational bond necessary for their engagement in the treatment process. I will utilize examples from clinical and research work with veterans, including those who come from Bedouin and Druze villages in the north of Israel... Lire la suite


>> Marie Jejcic : Du trop au trou, les tours du traumatisme

Peut-on parler de nos jours du traumatisme psychique sans être assailli par ceux qui envahissent notre société actuelle ? Lorsqu’il me fut proposé de parler du traumatisme, en Israël et alors que la jeunesse française se faisait lâchement abattre dans une salle de spectacle, j’avoue avoir eu un rejet du thème.

D’autant qu’à y bien réfléchir, le traumatisme n’est pas freudien. Traumatisme est un néologisme introduit par les psychologues en fin du dix-neuvième siècle, début du 20ème. Quant à Freud, s’il parla du trauma et utilisa l’adjectif traumatique, il ne parla pas de traumatismes, soit des conséquences des blessures produites par la réalité extérieure...Lire la suite



>> Thierry Florentin : L'effroi du sexuel

Quel est le mystérieux ingrédient qui donne joie et sens à la vie ? Y a-t-il un secret à découvrir ? John Houston

Dans un fascinant documentaire portant sur l’accueil et le traitement des névroses de guerre des GI américains retour du continent européen en 1945, au Mason General Hospital de Long Island, Let there be light, film tellement insoutenable que les autorités américaines en interdirent sa diffusion, John Houston pose cette question, au moment où il nous montre ces mêmes jeunes gens, arrivés brisés moralement et psychiquement des horreurs du combat, disputer dans la jubilation et le rire partagés l’incontournable partie de base-ball, signe américain de la socialisation et du bonheur de la vie en groupe. Pour ceux-là, suivis du début de leur arrivée jusqu’à la fin du film, ils ne tarderont pas à être démobilisés et revenir dans leurs foyers, non sans que le médecin ne les ait réunis une dernière fois pour leur expliquer les vertus de monter un small business, une petite affaire, telle qu’acheter un petit terrain, et se lancer dans l’élevage de poulets...Lire la suite


>> C.E.Robins : Trauma: The Shattered Soul For Freud (L’âme fracassée)  

In his recent work On Being Normal and Other Disorders, Paul Verhaeghe states that because of the prevalence today of trauma-induced PTSD, “the clinic has returned to its original starting point with Freud and Breuer.” I want us to return to Freud’s original starting point, his early clinic, and make as clear as possible what, for Freud, happens when humans are traumatized: all his life he would never change his mind on “what happens to the human soul”: the psyche, the soul, in trauma, shatters...Read more


>> Serge Zagdanski : Y a-t-il un au delà du traumatisme ?

Shimou na ha-morim, c'est ainsi que Moïse s’adresse aux enfants d’Israël dans le désert, alors que ces derniers se sont soulevés contre lui et son frère Aaron en raison de la pénurie d’eau qui les frappe.

La suite est connue : Moïse sur ordre de Dieu fera jaillir l’eau du rocher et son peuple s’abreuvera.

Mais au même moment, Dieu s’adresse aux deux frères et leur dit : « Parce que vous n'avez pas cru en moi, pour me sanctifier aux yeux des enfants d'Israël, vous ne ferez point entrer cette assemblée dans le pays que je lui donne »...Lire la suite