Le métier d'être homme : Samuel Beckett, l'invention de soi-même

Auteur: 
Marie lemma Jejcic
Editeur: 
EME
 
Confronté au « dur métier de rester vivant », Samuel Beckett a su faire « Métier d’être homme »,c’est pourquoi le vingt et unième siècle devrait le prendre très au sérieux.
Beckett disait : « On n’écrit pas pour publier, on fait ça pour respirer.» 
Dès lors, nous tenterons de localiser les opérations d’écriture qui lui ont permis de passer d’une « détresse mentale » à la joie ! « Être ou ne pas être » ici n’est pas la question, mais dire précis, sans relâche, mot à mot, jusqu’à se faire « Inventeur de soi-même » selon sa belle expression. Tout Beckett est là : s’inventer, pas se créer... car à se faire inventeur de soi-même, c’est de son présent qu’il saura faire création. La conséquence ? Aux prises avec le métier de rester homme, toute cruauté devient vaine. Et Beckett ne se dit pas poète, mais poème… et qui s’écrit ajoute Lacan.
En somme, la finalité d’une analyse !

L’auteure nous accompagne pas à pas dans un cheminement passionnant où le lecteur découvre lui-même une possible ouverture dans sa trajectoire.

 

Une citation

« Il se fera inventeur de soi-même. Juste cela, mais à cela il veillera. Comment ? En écrivant. « Bon qu’à ça ! » dit-il dans L’Innommable, avant de conclure :
« Moi seul suis homme, et tout le reste divin ! »
L’accent lyrique n’interdit pas la précision. Créateur de lui-même, il serait comme tout le monde… de près ou de loin, Dieu en somme !
C’est si facile et puis s’écrier : « Moi seul suis Dieu, et tout le reste, humain !


A propos de l'auteure 

Ancien Maître de conférences, HDR, Paris XIII, Marie Iemma Jejcic est analyste membre de l'ALI.

https://www.freud-lacan.com/boutiqueali/product/291-le-metier-d?fbclid=I...