Édito de Charles Melman : L’instrument et l’objet

L’évolution actuelle des mœurs conduit à interroger la mutation apparente des manières que prend la jouissance, s’il est vrai qu’elle préfère ostensiblement l’instrument qui le permet à l’objet traditionnellement destiné à la satisfaire.

C’est ainsi que l’investissement de l’ordinateur, du portable, de l’écran en général, de la voiture etc. semble se désintéresser de la nature de l’objet qu’ils permettront d’atteindre au profit du moyen mis en œuvre.

Il est vrai que nos instruments fonctionnent comme des pseudopodes qui greffés sur le corps, en accroissent de façon magique, les possibilités.

On conçoit ainsi que pour les jeunes notamment ils en fasse partie et qu’une séparation d’avec eux soit vécue comme une insupportable amputation.

La jouissance de l’instrument était jusqu’ici l’apanage du sexe mâle, au risque de faire glisser du côté de la masturbation, des relations amoureuses qui auraient mérité d’être partagées.

Mais on peut se demander si les greffes actuelles non seulement contribuent à l’indistinction des sexes mais aussi favorisent un autoérotisme qui essaye de ……le “narcissisme pervers”

Ch. Melman